#7 Florianopolis ou « Floripa » pour les intimes

L’arrivée à Florianopolis a commencé par une promenade sur la plage. Il faisait si chaud que nous devions prendre le vent. Ensuite nous avons rodés dans les rues afin de trouver un emplacement pour y vendre nos crêpes. Nous sommes tombés sur une station service qui vendait de l’autre côté de la route de l’essence pour les bateaux. Nous avons demandé si nous pouvions nous y poser pour vendre et ils ont acceptés. On a donc bien pris une demie heure a essayer de faire tenir notre stand debout sur un terrain instable sous les yeux des passants et des employés de la station service. Une fois notre installation réussie, le vent s’est pris dans la nappe et plus rien ne tenait debout…nous n’étions apparemment pas bien au point pour les jours venteux. On s’est un peu tapé la honte. On est donc allés sur le parking d’un supermarché pour mettre notre équipement au top. Il faisait déjà nuit lorsque nous avons enfin réussis a donner la forme d’une table stable a notre sommier. Le lendemain, nous avons retenté le coup sur le même emplacement que la veille, avec un peu moins de vent et plus d’entraînement, cette fois-là, c’est en dix minutes que nous avons réussis a tout installer. Pour notre première demie journée, nous avons réussi a vendre sept crêpes. Nous avons fait trois demies journées de crêpes à Floripa à trois endroits différents et on a à chaque fois eu le même rendement. On n’a pas trop forcé, le paysage nous donnait trop envie de nous fondre dedans.
《-de toutes façons si on ne vend pas on s’en fiche puisqu’on mange tout!
– C’est clair !! en plus il est trop bon notre poulet !!》
A Florianopolis nous avons aussi explorés les plages toutes aussi magnifiques les unes que les autres. Nous nous sommes embourbé une fois sur le chemin mais cela valait bien la peine puisque nous pouvions y passé la nuit sans être dérangé, cette plage était désertique. Nous avons aussi découvert des dunes de sable à perte de vue sur lesquelles nous avons eu la chance de faire du sand-boad (du surf sur le sable) c’était bien une chose qui nous manquait de notre hiver en Haute-Savoie alors on s’est rattrapés comme nous pouvions… enfin pour ma part, ça n’a pas duré bien longtemps car au bout de deux gamelles, mon coccyx m’a rappelé que ce n’était plus pour moi ce sport là. On a aussi découverts des lacs : la ville est entre lacs, rivières et océan et des gens très sympathiques.
Un matin, alors que nous prenions un acai (spécialité brésilienne, le fruit est mixé, glacé et servi avec des fruits frais et des granolas) pour notre petit-déjeuner, nous apercevions un couple, qui faisait des allers et retours devant notre voiture en rigolant. Lorsqu’ils nous ont vu retourner vers la voiture, ils sont venus nous questionner en nous parlant anglais
: «est-ce que vous venez vraiment du Canada avec votre voiture?»
, puis on a commencer a raconter notre histoire. En faite, nous avons raconté une histoire… à force d’expliquer notre histoire un peu complexe sur notre voiture que les gens ne comprenaient pas forcément du premier coup, on a pris pour habitude de dire que oui on venait du Canada pour abréger les explications aux passants souvent très curieux. On s’est donc pris dans notre mensonge une dernière fois… sauf que cette fois là nous avons passé la journée a mentir car nous l’avons partager avec eux. Pas fières du tout ! Ces deux personnes n’étaient pas en vacances, elles vivent ici. Nous avons alors bien visiter la ville et ses plages cachées. Nous avons passé un bout de soirée en leur compagnie au bord d’un lac où nous écoutions Juliana jouer du Yukulele. Dorénavant lorsqu’on nous questionne sur la provenance de la voiture on dit simplement: «c’est un ami qui a conduit jusqu’ici et nous nous l’avons que depuis le Paraguay.» C’est tellement simple qu’on ne sait pas pourquoi on ne le disait pas avant! Nous sommes aujourd’hui encore honteux de ne pas leur avoir raconté la vérité.
Le coeur lourd, la tête pleine d’images magnifiques nous partons, nous devons avancer…

Cliquez ici pour la vidéo

Une réflexion sur “#7 Florianopolis ou « Floripa » pour les intimes

  1. HONERCHICK SANDRINE avril 9, 2018 / 6:35

    Surfer sur les dunes de sable blanc…Génial !!!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s